Bubblebibop
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2010

Golfe du LionL’Etat dit “non“ aux éoliennes en mer

une2.jpg
DR



La mobilisation des élus du littoral contre ce projet a pesé. Le lobbying des députés UMP aussi...

Officiellement, il ne s’agissait que d’une simple visite de chantier. Mais hier, à la mi-journée, à Portiragnes-Plage (Hérault), la présentation des travaux de protection du cordon dunaire a pris une autre tournure avec la présence de plusieurs maires du littoral héraultais aux côtés de Elie Aboud, député UMP de Béziers, de son collègue Gilles D’Ettore, également président de l’Agglo Hérault-Méditerranée (Agde-Pézenas) et maire d’Agde. Si Claude Exposito, maire de Portiragnes, Frédéric Lacas (Sérignan), Guy Combes (Valras) et Richard Monédéro (Vias) s’étaient eux-aussi déplacés, c’est que leurs parlementaires avaient une nouvelle à leur annoncer

: « Jean-Louis Borloo nous a entendus, le projet d’éoliennes en mer ne sera pas mis en appel d’offres », a fièrement déclaré Gilles D’Ettore.

Voilà qui met un terme à la levée de boucliers orchestrée par ce groupe d’élus au début du mois de septembre, lorsque le gouvernement, dans le cadre du Grenelle II, avait annoncé la création de plusieurs sites éoliens off-shore en France, notamment dans le golfe du Lion, sur une zone comprise entre Port-la-Nouvelle et Sète.

Alors que, dans l’Aude, Didier Codorniou, maire socialiste de Gruissan et vice-président du conseil régional, avait rejeté avec virulence ce projet avant de se radoucir, de Valras à Agde, nombre d’élus étaient restés fermes dans leur opposition. « Dans une motion adressée au ministre Borloo, nous avions fait part de nos inquiétudes, explique Gilles D’Ettore. Ces grandes éoliennes de 160 mètres de haut, à seulement quelques kilomètres des côtes, auraient gâché le paysage. On craignait beaucoup pour l’activité touristique sur notre littoral.»

A Paris, au terme de plusieurs entrevues avec le cabinet de Jean-Louis Borloo et le ministre de l’Ecologie lui-même, mercredi dernier notamment, les députés D’Ettore et Aboud sont parvenus à faire entendre la voix des élus du littoral, qui regrettaient notamment le manque de concertation autour d’un si important dossier. « Alors que le clanisme politique grandit, quand des élus, même de bords différents, se font entendre, on arrive à être écoutés », se félicitait le député biterrois Elie Aboud.

Avec Sète et Agde dans sa circonscription, Gilles D’Ettore jouait également une partie de sa crédibilité politique devant les pêcheurs, pour la plupart hostiles à ces implantations au large des côtes. Le signal venu de Paris ne peut aujourd’hui que les satisfaire.

10:38 Écrit par Telldani dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.