Bubblebibop
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2010

Conseil municipal Le catalogue des polémiques actuelles

OBJ443138_1.jpg


Il n'y avait que dix-neuf questions à l'ordre du jour. Des questions à l'allure très technique. En apparence. Puisque, avant même d'aborder le premier dossier, était lancé l'habituel catalogue des polémiques.

L'absence de débat d'orientation budgétaire d'abord, suggérait à David Granel quelques réflexions sur le sens de cette absence : « Ce dont je suis sûr c'est que le vote du budget aura lieu après les élections cantonales. Chose qui ne serait pas très honnête vis-à-vis des électeurs ». Et d'en tirer la supposition que « ce retard soit lié à une incapacité de le boucler en équilibre ».

Calmement, Jacques Bascou choisissait de profiter de l'occasion pour un quart d'heure très didactique : « Beaucoup de collectivités retardent ce vote car il y a une réforme des collectivités
et de la fiscalité locale qui nous font rencontrer des difficultés pour déterminer les recettes de 2011. Le débat aura lieu en janvier, avant les élections. Et vous aurez tous les documents ».

Le conseil pouvait enfin commencer, avec le premier dossier concernant le remplacement de Zorah Teggour ( lire ci-dessous). Curieusement, c'est un dossier financier très complexe, la programmation pluriannuelle de certaines opérations - sur lequel on vous passera les détails sur les autorisations de programme et les crédits de paiements - qui ouvrira de nouveaux espaces de polémique à l'opposition.

De la part d'Yvette Barbanson sur les chaudières des établissements publics qui lui vaudra une réplique cinglante de Michel Farnole : « J'ignorais que c'était dans les vieilles chaudières que l'on faisait le meilleur chauffage », avant, plus sérieusement, de rappeler les presque 500 000 investis l'an passé pour renouveler chaudières et brûleurs, « avec des équipements qui, non contents de nous permettre de faire des économies de consommation, nous a rapporté des subsides du fait de la réduction des émissions de CO2 ».

Les HLM revenaient alors au premier plan, à travers le dossier du bail transféré à la Société audoise et ariégeoise d'HLM, pour la réalisation de la future caserne de gendarmerie. La perplexité de David Granel sur l'office public « détroussé » avec ce nouveau « retrait de compétence » s'est vu répliquer les pertes prévisibles dans le projet initial : « 300 000 par an les premières années puis 250 000 ensuite... ».

Quant au plaidoyer de Robert Déjean pour le maintien de la gendarmerie mobile, avec une question sur l'éventualité de l'utilisation de la caserne Montmorency, désertée, pour loger la gendarmerie départementale, lui a valu un salut du maire. Affirmant partager ses soucis, il lui confirmait qu'il avait obtenu la garantie que la caserne ne serait pas utilisée à cet effet.


Christiane VINCENT

09:21 Écrit par Telldani dans Info Locale | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.