Bubblebibop
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/01/2011

NARBONNE La Clape se découvre entre tapas et châteaux

OBJ754555_1.jpg

©

On l'a quantifié avec le succès des Sentiers Gourmands de la Clape, cette formule alliant gastronomie, dégustation de vins et randonnée : les amateurs sont réellement séduits. À tel point que certains ont créé autour de cette date printanière un rendez-vous annuel, prétexte d'heureuses retrouvailles pour des amis parfois très éloignés. Aux Halles de Narbonne, où le vigneron de La Clape vient apporter aux fins connaisseurs le meilleur de sa production, on a voulu prolonger cet événement. Wine Safari est né de cette idée de partage, de dégustation et de plaisir. Hors des

sentiers battus, cette proposition originale ne se contente pas de la visite classique d'un domaine, mais s'enrichit d'une plongée dans l'effervescence des Halles.

Tout commence à 11 h 15, avec le rendez-vous au cœur de Narbonne, non loin du canal de la Robine, aux Halles, réputées pour la qualité de ses produits et l'ambiance unique qui y règne. Puis, après une flânerie pour le plaisir des yeux devant les étals, place au moment convivial au bar à vin El Rincon. Là, l'accent est mis sur un premier château de la Clape, pour une dégustation présentée par le vigneron lui-même... agrémentée de tapas, d'huîtres et de charcuteries provenant exclusivement des commerçants voisins. Puis, cap sur la Clape, pour une visite commentée du terroir qui abrite ces vins si particuliers, et arrêt dans une propriété viticole où le propriétaire va s'attacher à transmettre sa passion pour sa terre. Après une balade dans le vignoble, c'est la pause... autour d'un plateau de fromages affinés aux Halles, pour une nouvelle dégustation des vins du domaine. Une feuille de route accompagne les dégustations sur laquelle l'amateur peut noter ses impressions. En fin de parcours, il peut retirer les vins qu'il a cochés sur sa feuille et marquer son intérêt pour le terroir qu'il a découvert.



Mettre l'accent sur le patrimoine
« Tous les jours un Narbonnais passe devant un pied de vigne explique le concepteur, Erick Carrière, qui, avec son épouse Emilie, tient le stand des vignerons de la Clape. On a une mine d'or à ciel ouvert ! Ce parcours dégustation a été pensé pour mettre en avant le patrimoine des Narbonnais, les Halles et le vignoble. Nous nous appuyons sur la culture, et dans cette optique nous avons créé un partenariat avec l'office de tourisme de la ville ».

A El Rincon , on mange et on boit le vin à prix du caveau, et on emporte sa bouteille non finie. Ici, le principe est mis sur le conseil de dégustation : « Le vin a sa propre histoire. On travaille sur les arômes, on raconte ce qu'il y a derrière la bouteille, la propriété, le vigneron. C'est toute la différence avec un restaurant ou un bar traditionnel » explique Erick, qui jongle avec ses 170 références émanant de 38 vignerons. « C'est en parlant avec les gens qu'on sent ce qui peut convenir à leur palais. Cela dépend de leurs habitudes, de leur région d'origine, de leurs influences...» Tous les dimanches, c'est un producteur qui vient animer une dégustation. Cet état d'esprit qui anime El Rincon fait tâche d'huile, puisque Erick et Emilie cherchent à étendre leur activité. Le jeune couple est à la recherche d'un lieu pour faire partager la culture du vin, pour que l'instant apprécié le temps d'un déjeuner se prolonge au-delà, pour de véritables soirées autour du vin

08:03 Écrit par Telldani dans La Route des Vins | Lien permanent | Commentaires (0)

02/11/2010

Vin A la découverte des nouvelles technologies

Narbonne.

Vignerons, œnologues... pensez à réserver votre journée du 18 novembre prochain. Ce jour-là, de 8h15 à 18h au Palais des Congrès de Gruissan, se déroulera le '1er événement interrégional WINETech'. Sur le thème: 'Nouvelles technologies en viticulture et élaboration du vin'. L'enjeu est de taille. Car les innovations viticoles, œnologiques et technologiques s'imposent à tous les acteurs de la filière vitivinicole voulant améliorer leur niveau de performance et de compétitivité. Donc, renforcer le lien recherche-entreprise est devenu une stratégie-clé pour gagner du temps. Il s'agit, au final, de valoriser des savoir-faire afin d'en tirer un avantage concurrentiel. Fort de ces constats, le réseau WINETech organise cette manifestation très professionnelle, en partenariat avec le Groupe

ICV. La journée du 18 novembre est tournée vers les entreprises, caves, négoces, équipementiers… quelle que soit leur taille, WINETech est un programme interrégional de développement soutenu par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Et ceci par la promotion de la recherche. Objectifs: détecter les besoins technologiques de la filière, de la vigne au conditionnement du vin; identifier l'offre scientifique et technologique disponible; mettre en relation les besoins et l'offre et aider à la mise en place de projets novateurs nécessaires au développement. Il s'agit aussi de construire l'espace européen de la recherche de demain. WINETech cible pour sa part, la filière vitivinicole entre l'Espagne, le Portugal et la France, pays de tradition viticole du Sud-Ouest européen. L'espace Sud-Ouest européen représente 25% de la superficie viticole européenne, soit 10% de la surface mondiale Le partenariat WINETech regroupe quatre régions espagnoles (Galice, Rioja, Castille et Léon, Castilla La Mancha), deux régions portugaises (Alentejo et Nord) et la Région Languedoc-Roussillon en France. Il associe les représentants institutionnels de ces régions, des coopératives, des universités et l'Inra. Et c'est l'unité expérimentale de Pech Rouche de Gruissan qui participe au programme. Et pour cause, c'est la seule structure d'expérimentation et de transfert Inra à vocation recherche œnologique.
Sid MOKHTARI
ÚPour s'inscrire en lignealler sur le lien: http://www1.montpellier.inra.fr/winetech/ Inscription gratuite mais obligatoire à effectuer avant le mercredi 3 novembre.
L'Inra Pech Rouge à Gruissan est la seule structure spécialisée dans la recherche œnologique. Archives Le réseau WINETech fait la promotion de la recherche en France, en Espagne et au Portugal

07:19 Écrit par Telldani dans La Route des Vins | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2010

Corbières avec lambition dun grand cru classé

Lignes épurées aux couleurs minérales
pour la structure, ligne dacier renvoyant la lumière pour la sculpture: le chai joue avec les effets de contrastes, opposant le parallélépipède de béton brut à la pureté dégagée par le lieu. Esthétisme et sobriété sont-ils nés de la complicité entre Patrick Chappert-Gaujal, artiste signataire de loeuvre emblématique du site, Éric Martin architecte et Franck Allard, propriétaire du domaine? Cette architecture contemporaine dressée sur un promontoire signe la volonté du nouveau maître des lieux, aux antipodes de lesprit des anciens.

La rupture des lignes accompagne le tranchant du discours. Ici le vigneron est un homme daffaires qui ne sencombre pas des erreurs du passé. Cest en Bordelais quil arrive en Languedoc. Fort de son expérience sur la propriété de son épouse en Saint-Émilion, et de sa compétence de 6e patron français du courtage en assurance.
«Nous avons voulu ressusciter une entreprise qui vivait au rythme de la belle endormie. À Lastours, la volonté nétait plus là...» affirme
Franck Allard
. Disséminés dans lassistance, vignerons et élus locaux attendaient - en vain - un mot sur le travail de Jean-Marie Lignières, grand seigneur qui avait en son temps élaboré dans son fief, avec son équipe du CAT, de si belles cuvées. Lhommage, cest dans les verres que les invités auraient pu lapprécier, dégustant les cuvées
Simone Descamps 2006 et
Arnaud de Berre, témoins de la richesse de ce fameux terroir de Lastours. «
Il ny avait plus personne pour nous donner le mode demploi de Lastours», poursuit le propriétaire.
«Nous avons formé des équipes de jeunes talentueux, nous avons établi linventaire des plus et des moins, et identifié le terroir. Un travail titanesque qui a nécessité plus de 500 fosses pédologiques. 15 terroirs nous ont guidés dans le programme de replantation». Lidentification voulue par la nouvelle direction a mené au rejet de certains hectares pour en replanter 70 sur les 100 ha qui composent le domaine. Des vignes travaillées en viticulture raisonnée, pour un développement durable et un vin élaboré dans un esprit proche de la biodynamie. Le chai semi-enterré facilite un circuit de production basé sur la gravité pour un plus grand respect de la matière première.
«Dans cette région, une partie de la production nest plus adaptée aux attentes du marché. Le négoce a une capacité de réaction immédiate, mais il faut 10 ans pour reformer un vignoble. Il faut redonner à cette région les moyens de se renforcer. Lastours se veut une locomotive pour tirer vers le haut la viticulture du Languedoc-Roussillon». En imprégnant de son sceau ce domaine unique, la famille Allard veut
créer un vin dexception, un «super premium» qui tirerait vers le haut la production languedocienne. La signature dun Bordelais pur jus.
V. D.
Esthétisme et sobriété caractérisent le nouveau chai éco-énergétique de Château de Lastours.
Photos N. D. B.Super premium
Investissements
En 2004, le groupe Filhet-Allard, dirigé par Franck Allard achète Château Lastours. 800 hectares situés à 3000 m daltitude dont 100 hectares plantés, cultivés en terrasse. 7 millions deuros pour acquérir le domaine, et 5 autres millions pour rénover le vignoble en profondeur. Une tâche confiée à Xavier de Rozières, directeur du domaine. Daniel Berthalon, chef de culture, entreprend un ambitieux programme de replantation.
Le nouveau chai
La réalisation de ce chai éco-énergétique de 1700 m2 a été confiée à Éric Martin architecte, Nicolas Dornier, spécialiste en ingénierie vitivinicole et Jean-Noël Cordonnier, pour le travail sur la lumière. Patrick Chappert-Gaujal signe le totem.
Oenotourisme
Visites grand public, expositions dart contemporain, restaurant, chambres dhôtes et gîtes, activité de sports mécaniques. Un dossier de pôle dexcellence rural est monté, dispositif qui permet de recevoir des fonds de lÉtat et de lEurope.
Les vins
Trois cuvées ont été conservées, entrée, moyenne et haut de gamme. Objectif: créer un super premium

11:08 Écrit par Telldani dans La Route des Vins | Lien permanent | Commentaires (0)

14/09/2010

llanOn a vendangé à la Commanderie des Hospitaliers

473_O801MAR.jpg
Narbonne. Ouvei


Frédéric Bion, Frédéric Gély-Huc et Olivier Mouton, les trois cofondateurs de la SA Commanderie des Hospitaliers (à laquelle appartiennent notamment Gilles Goujon et Richard Gasquet), étaient fiers comme des papes, hier matin. Au milieu de leur vignoble de 4 hectares, sauvé de l'arrachage, ils ont organisé leurs premières vendanges, en compagnie d'une vingtaine de membres actifs, sous l'oeil des caméras de France 2.
Parés d'un polo rouge basque, siglé du blason de ce club très privé, le Pérignanais Robert Margé, directeur des arènes de Béziers, Sébastien Caille du Terminus à Cruzy ou encore Florence Boucart de l'hôtel des Poètes à Béziers, ont tous retroussé leurs manches pour aller faire la cueillette dans les sillons.
Pour certains, c'était d'ailleurs

une grande première. Pour d'autres, comme Robert Margé, « ça faisait plus de quinze ans » qu'ils n'avaient plus vendangé. « C'est pas beau ça ! s'exclamait un Frédéric Bion aux anges. Je préfère voir cette joie de vivre que du béton de partout . C'est un rêve qu'on est en train de réaliser. Quel amateur de vin n'a jamais rêvé de posséder son vignoble dans le Midi ? C'est pour ça qu'on a monté cette société à la manière d'un country club écossais où des parcelles sont vendues au prix de 580 € et deviennent ainsi la propriété exclusive des membres de notre club d'oenophiles. » Une vendange de copains en somme pour cette parcelle de grenache arrivée à maturité. Une micro-cuvée (24 000 bouteilles) « qui s'annonce de belle tenue sur ce terroir magnifique de terre blanche, au pied de La Clape, entre mer et montagne » , confiait Sophie Gély, la vigneronne.
Divin ou pas, l'essentiel n'est de toute façon pas là. « Nous ne sommes pas ici pour faire du commerce mais pour être tous ensemble et partager une aventure commune , assurait pour sa part Olivier Mouton. D'ailleurs, lorsque ça deviendra rentable, on offrira les bénéfices à l'association Autisme espoir vers l'école qui nous tient particulièrement à coeur. » ÚEgalement sur internet www.commanderiedeshospitaliers.com

08:16 Écrit par Telldani dans La Route des Vins | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2010

"Nous vivons dans la région viticole la plus saine du monde !"

305_@VERGNES345462.jpg
NARBONNE Viticulture
©

Viticulture "Nous vivons dans la région viticole la plus saine du monde !" Marre. Philippe Vergnes en a assez d'entendre dire que les vignerons sont des pollueurs contaminant l'eau et les sols à grand renfort de pesticides. Surtout, le président du Syndicat des Vignerons du Midi ne veut plus que tous les vignobles soient mis dans le même panier. Alors le responsable l'affirme haut et fort : "Nous vivons dans la région viticole la plus saine du monde ! Ici, il n'y a aucun souci avec les pesticides. On peut le prouver quand on veut ! Au robinet, l'eau coule claire !" Le climat local,

notamment, dispenserait en effet les vignerons locaux de traitements lourds. Mais Philippe Vergnes dénonce aussi un autre type de stigmatisation : "Il faut arrêter de faire passer les vignerons pour des gaspilleurs d'eau ! Il n'y a pas de problème d'eau en France, y compris en Languedoc-Roussillon ! Après, c'est une question de choix et de disponibilité. Il y a les touristes, les écluses... C'est compréhensible, mais que l'on cesse de taxer les viticulteurs de consommateurs abusifs !" Philippe Vergnes précise d'ailleurs que le Syndicat et la profession sont "preneurs de tout projet d'irrigation, individuel ou collectif". "Ces initiatives sont de bonnes choses, et il faudrait être fou pour ne pas les soutenir", ajoute-t-il. "Des vignes bien irriguées, c'est 10 à 15 % de plus au plan quantitatif et une meilleure migration des sucres de la feuille vers le raisin". Du tout bon, donc... ce qui n'empêche pas la prudence. "Ça dépend aussi du prix de l'eau. S'il faut payer 500 euros par hectare pour irriguer..." Mais sécheresse oblige, il faudra se décider vite : "Autrement, on arrosera que des broussailles".

08:30 Écrit par Telldani dans La Route des Vins | Lien permanent | Commentaires (0)